Anglet veut-elle fermer les Maternelles de proximité ?

L’école Maternelle Tivoli est si discrète, au coin de deux impasses, qu’elle aurait bien pu disparaître sans un bruit, si les parents d’élèves et autres voisins ne s’étaient un peu tardivement rendu compte que la Municipalité la vouait à la fermeture. Pour des motifs bien fragiles selon eux. Reportage et témoignages.

C’est tout un symbole qui se joue à l’école Tivoli. Celui du choix du modèle d’entrée dans la vie scolaire des petits (3-5 ans). Malgré sa démographie (40.000 habitants au bas mot, avec des prévisions d’augmentation irrépressible, comme sur toute la côte basque), la ville d’Anglet garde des réflexes d’agrégat de petits “villages”, mâtiné de station balnéaire qui pseudopode des classiques zones côtières vers la partie vive de la ville. Le Nimby est devenu le comportement citoyen de base, condamnant des projets potentiellement vertueux au détriment du plus grand nombre pour l’intérêt de rares riverains privilégiés.

IMG_9945_1

Dans ce contexte rendu opaque par une politique municipale élaborée au jugé (et tentant autant que possible de respecter le programme “ne rien changer” de Claude Olive, actuel maire), tout doigt angloy qui se lève pour geindre est suspect par avance. Suspect de réaction par des privilégiés ; suspect d’opposition politique primaire : suspect de progressisme excessif… “Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage” dit l’adage. Qui veut démontrer qu’une école n’est pas viable cesse d’y diriger les inscriptions. C’était aussi simple que cela.

Le projet du maire pour ce local de 600m², c’est d’y installer une maison(nette) des Cultures Régionales. Une des rares promesses de campagne positives (dans le sens “choses en plus”) de Claude Olive. On promet sans être devin une fréquentation frisant le zéro pour ce lieu qui n’est ni accessible ni facile à trouver, sans parking suffisant pour accueillir du public, et éloigné des transports en commun. Et quand on entend que le voisinage risque de mal accepter la fréquentation du futur local associatif, on ne peut s’empêcher de penser que ce sont les bien plus bruyants cris d’enfants qui leur manqueraient.

IMG_9943_1

Devant la presse, les mamans veulent défendre Tivoli

Mais derrière le jeu de chaises (d’enfants) musicales, derrière le fait du Prince qui décide au ras du sol de transférer des élèves, des classes, des postes, ci ou là, il y a la question du modèle éducatif choisi par les Collectivités. Anglet se voulait, tout au long de nombre de municipalités essentiellement de la même couleur politique que l’actuelle, défenderesse d’une véritable scolarité de proximité. Le démantèlement de Tivoli, qui outre une situation privilégiée et un établissement établi offre une marge de croissance à ne pas négliger par ces temps de peuplement accéléré de l’agglomération, pourrait donc se retrouver une véritable impasse [désolé !] court-termiste dans la politique de Claude Olive. Devra-t-on construire en urgence de nouvelles Maternelles pour accueillir les arrivants ? En tous cas, il n’y aura même pas de place pour la sieste des enfants dans leur école de remplacement…

IMG_9941_1

  • Marina, maman du petit Raphaël, éducatrice spécialisée, représentante des parents d’élèves et membre de l’association “Les enfants de Tivoli” présente la situation. (écoutez notre reportage)

  • Lettre des parents de Tivoli au maire d’Anglet


  • Témoignages de parents sur “leur” école

“Bonjour,
Pour moi Tivoli, c’est une humanité. Une structure d’enseignement à petite échelle, essentielle pour les enfants les plus fragiles. Une école où nos enfants apprennent à vivre ensemble de manière apaiser avant d’entrer dans un milieu scolaire obligatoire, le primaire, où les effectifs sont bien plus grands et où ils seront confrontés bien assez tôt au traitement de masse.
Avoir la volonté de maintenir ce type de structure, c’est aussi symboliquement préserver une philosophie de vie qui est malheureusement de nos jours souvent sacrifiée au bénéfice de la rentabilité.
Voilà mon point de vue.”
Marina

“La petite école de ma fille est en voie d’extinction a t on appris ces dernières semaines.
Nous faisons partie du quartier et nous prenons plaisir à nous y rendre tous les matins à pied quel que soit le temps ! C’est une petite école de proximité au calme dans une impasse.
Pas de cohue ni de chahut au petit matin dans le couloir!
L’école ayant une capacité d’accueil de 2 ou 3 classes, nous partageons des moments d’échanges au calme sans brouhaha en les amenant le matin. Et ainsi, nous (enfants, enseignants,parents) apprenons a nous connaître tranquillement ! Chacun sait qui est qui – petits et grands-!
Que demander de mieux !
En tout cas , dans mon quartier, tous mes voisins ont vu leurs enfants grandir dans cette école !
Ils faisaient l’effort d’amener l’aîné en primaire à Larrebat puis de porter le plus petit a la petite maternelle Tivoli (alors qu’il aurait été si simple de les scolariser au même endroit !!) Cela m’étonnait beaucoup …. jusqu’à ce que je m’y rende moi aussi avec ma fille et ainsi j’ai compris leurs démarches !
Cette école est tellement a l’échelle des 3 a 5 ans qui débutent dans la société, tellement au calme, que ça vaut bien le coup de faire des détours quitte a mettre le réveil plus tôt (surtout si on veut continuer d’y aller à pieds !!)
Et c’est ce que je comptais faire moi aussi dans 1 an 1/2  pour le second !
Nous avons un ami dont sa fille a désormais 16 ans; ils ont vécu dans ce quartier puis déménagé mais ils ne peuvent pas s’empêcher d’évoquer leurs souvenirs de leur petite école maternelle Tivoli a chaque fois qu’ils viennent nous rendre visite…
C’est un petit apparté mais qui montre bien l’attachement que l’on peut y porter.
Chacun a son niveau.”
Virginie Tromelin

“Aujourd’hui, je trouve déplorable d’avoir, nous parents – grands-parents, à avoir à argumenter, pour sauvegarder cette petite école, qui existe depuis les années 60 et qui jusqu’àlors n’a jamais été décriée, au contraire.
C’est la remettre en question, et remettre en question l’éducation qui y est apporté, qui est un non-sens. Nos élus devraient être fiers, et prêts à se battre pour faire perdurer ce type de structure, et ainsi permettre à nos enfants d’avoir un enseignement de qualité dès leur plus jeune âge.
Cessons de tout niveller par le bas, et se satisfaire en se disant que la norme est d’avoir 30 enfants par classe. Arrêtons de n’être animé que par une  logique comptable, surtout lorsqu’il s’agit de l’éducation et le bien-être de nos enfants. L’école est gratuite pour tous.
Ceci étant dit, l’école Tivoli, est une école à taille d’enfant, une petite structure (3 classes maximum) avec un petit effectif qui permet :
– aux enfants de 3 à 5 ans d’aborder la collectivité sereinement, en douceur,
– d’être au plus près de nos enfants, à leur écoute, d’être attentif à leurs besoins
– de mieux les aider, les guider dans les apprentissages de bases, tant au niveau scolaire, que sociabilité, savoir-être, savoir-faire et savoirs.
– de proposer différentes activités : musicale, culturelle, sportive, pâtisserie…
– d’avoir un personnel pédagogique, et un personnel encadrant (Atsem, animatrice, cuisinière…) totalement disponible, et à l’écoute des besoins de nos enfants.
– une meilleure adaptabilité au rythme des enfants.
C’est une école de quartier, à l’esprit familial. Les enfants ne sont pas perdus au milieu d’une masse de 100 autres gamins. Chacun existe en tant qu’individu avec ses particularités, sa personnalité, ses difficultés. Tous les enfants se connaissent, car cette proximité leur permet de créer DU LIEN. Les parents et grands parents sont aussi investis dans la vie de cette école (accompagnement dans les activités proposées…), et la proximité avec tout le personnel permet aussi d’être en confiance, et heureux de laisser nos enfants dans un environnement serein, apaisant.
De plus, cette école de proximité (de quartier), à l’environnement très favorable (espaces verts, jeux, potager, pas de circulation alentour, donc moins de nuisance sonore olfactives…), avec une accessibilité efficiente (facilité d’accès, de parking, impasse, pas de nécessité de mettre quelqu’un à la sortie des classes pour gérer la circulation), a tous les atouts pour accompagner encore de nombreux enfants vers une scolarité heureuse.
L’école Tivoli est un modèle à défendre plutôt qu’à détruire.
Privilégions les petites structures afin de permettre à nos enfants de mieux s e préparer à entrer dans la jungle de la Société, mieux les entourer dès leur plus jeune âge, leur permettra de mieux affronter leur avenir.
Ceci est aussi et surtout le rôle de l’éducation.
A bon entendeur, salut.”
 Edith VALLEJO –  La maman d’Haize

“Que peut on rêver de plus , que de passer cette petite enfance dans une telle petite école (petite mais avec une grande âme) ?
Nos enfants,  petits-enfants ont le bonheur de la fréquenter car  elle est bien  encadrée par des personnes  humaines.
C’est avec plaisir  que nous partageons les sorties de ces petits (patinoire, verger, carnaval) dans le calme et la sérénité.
C’ est bien de grandir avec  de bonnes personnes.!!!!
Cette  école reflète donc  le bonheur grâce aussi au personnel éducatif qui enseigne  dans de bonnes conditions et ne peut apporter que  de bons résultats
(et c’est le cas).
C’est aussi pour cela que Tivoli est a recommander.
Grand jardin de quoi faire rêver d’autres  enfants,  un parking sans encombrement et le plaisir de venir à pieds lorsqu’on habite à proximité.
Faut rêver, car nous grands-parents nous marchons  à l’affectif.”
Les grands parents d’Haize

“Je n’ai et n’ai jamais eu la crainte ou la boule au ventre en laissant mes deux enfants le matin à l’école.
Et à leur manière de sortir de la voiture pour courir dans le couloir,  la fierté de nous montrer leur maîtresse et entendre le plus grand me dire deux ans après,  que sa meilleure maîtresse était celle de Tivoli, je me dis qu’ils n’ont  jamais eu réellement besoin de nous pendant les heures de classes ou la cantine.
On les laisse à l’école comme on peut les laisser chez une tante une cousine ou des grand parents, en oubliant presque qu’ils ne sont pas avec nous.”
Christophe

“Pour moi, ce qui rend cette école si particulière :
C’est une belle qualité d’enseignement. Une Maîtresse d’école, une Atsem… qui se consacrent à nos enfants et leur donnent le goût d’apprendre et la joie d’aller à l’école, un cadeau inestimable pour toute leur vie.
Ce qui me frappe, quand à la fin de la journée je vais chercher ma fille, est que tous les enfants ont le sourire, tous. Et ils ne sont pas pressés de quitter l’école.
Cette école c’est aussi l’espace. De grands locaux, une grande cour avec des arbres, de la verdure, un potager, une aire de jeux. Monsieur Olive aujourd’hui souhaite appliquer à nos enfants ce qu’on applique dans les élevages industriels aux poules, veaux, cochons… On veut rentabiliser, alors on met les veaux en batterie, et pourquoi pas les enfants dans des classes surchargées et des écoles trop petites, et on zappe l’épanouissement, le confort, le bien-être qui ne rapportent rien ? L’éducation doit laisser la place à l’élevage, en batterie de préférence.
Pour revenir à notre école Tivoli, je veux aussi parler de la convivialité, du bien vivre ensemble. Des enfants et des parents qui se parlent, qui partagent souvent anniversaires, goûters. Un ensemble de relations égalitaires, chaleureuses, amicales qui n’ont pas de prix aujourd’hui.
Pour tout cela, nous aimons et tenons à notre école.
Même si comme tous les parents j’ai mes occupations et je souhaite vivre paisiblement, les valeurs que je défends ne m’autorisent pas à rester les bras croisés, et m’obligent à lutter contre la décision invraisemblable de fermeture de notre école.”
Eric