L’angoisse du paysan avant le tirage au sort du marché de Quintaou

L’été, le marché de Quintaou, à Anglet, devient une vitrine de la gastronomie locale auprès des nombreux touristes et estivants. Mais les paysans y ont-ils toute leur place ?

Le marché de Quintaou, dans la très jolie petite ville balnéaire d’Anglet, a une particularité. Pour les paysans qui n’ont pas les moyens, la production ou l’ancienneté nécessaires afin d’obtenir un emplacement réservé à l’année, il n’existe aucune garantie d’obtenir une place un jour de marché, car elles sont tirées au sort au dernier moment.
Le producteur local qui vient tenter sa chance risque bien de rentrer chez lui sans avoir pu travailler, alors que le revendeur estival de gadgets, maillots ou mode Made in China a obtenu une place. La faute à un règlement qui a depuis longtemps oublié les paysans, lesquels le lui rendent bien en brillant par leur absence.
Olivier, jeune producteur d’oeufs bio en Soule,  a invité BABinfo à venir vivre les moments d’incertitude du tirage au sort. Il raconte dans une interview les conditions d’accès au marché, mais aussi les difficultés pour les paysans d’écouler leur production.
Isabel Capdeville, de l’Inter-AMAP Pays Basque, a aussi accepté de nous parler de ces paysans et de leurs problèmes.
Le maire d’Anglet, que nous avions interpellé en début d’été, semble découvrir le problème et n’est pas opposé à reconsidérer la situation. Mais quand ?

Olivier, place du Quintaou, 6h45 Faire la queue pour le tirage au sort

J'ai fait 80 bornes, et je sais pas si je vais être pris à Quintaou !
Moi je venais en janvier, février, quand il pelait ou pleuvait à torrents. Là on avait des places facilement, et la mairie était bien contente de nous avoir pour meubler leur marché.

Depuis cette interview, Olivier a décidé de ne plus faire le marché de Quintaou.

Isabel Capdeville, Inter-AMAP Pays Basque

Il faut montrer qu'un territoire peut amener un approvisionnement alimentaire de qualité par les gens qui travaillent la terre du territoire. Et en ce sens là, les paysans ont toute leur place sur les marchés. Isabel Capdeville (Inter-Amap Pays Basque)
Ce n'est pas en faisant venir des fruits de l'autre bout de la Terre que les communes seront en cohérence avec leur agenda 21. Isabel Capdeville (Inter-Amap Pays Basque)
Cela vaudrait peut-être le coup d'acheter collectivement des places sur le marché, et que les paysans n'en portent pas individuellement le poids de l'accès. Isabel Capdeville (Inter-Amap Pays Basque)

Claude Olive, maire d'Anglet Une question de réglement

Il faut changer le règlement du marché ! Claude Olive, maire d'Anglet
[ssba]

BABinfo Pays Basque is Stephen Fry proof thanks to caching by WP Super Cache