Bake Bidea réagit aux arrestations en Ipparalde et appelle à manifester le 20 juillet

Yvette Debarbieux (Parti Communiste), Christophe Desprez (Ligue des Droits de l'Homme), Anais Funosas (Sortu) et Michel Berger (Comité des Droits de l'Homme Pays Basque) représentaient Bake Bidea

Yvette Debarbieux (Parti Communiste), Christophe Desprez (Ligue des Droits de l’Homme), Anais Funosas (Sortu) et Michel Berger (Comité des Droits de l’Homme Pays Basque) représentaient Bake Bidea.

Suite à l’arrestation d’un troisième membre du Collectif des Réfugiés Politiques Basques (EIPK) en une semaine, le mouvement Bake Bidea (“le chemin de la paix”) a réagi hier lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à Bayonne. Un appel à manifester le 20 juillet à Bayonne a aussi été lancé.

Pour Bake Bidea, le Collectif des réfugiés “est un acteur qui s’est engagé dans la résolution du conflit. Nous saluons la démarche de ce collectif qui a voulu s’inscrire dans ce processus de paix suite à la déclaration d’Aiete”. Un collectif qui “a souhaité contribuer au débat avec sa propre feuille de route”, et qui en tant qu’acteur du conflit, est “un élément de sa résolution”.

Bake Bidea dénonce ces Mandats d’Arrêt Européens “qui peuvent reposer sur des déclarations faites par des prisonniers sous la torture”.

Français :

Euskara :

Bake Bidea dénonce l’attitude de l’État français, calquée sur celle de l’Espagne, un an après la lettre adressée à François Hollande qui faisait part des évolutions de la situation suite à la Déclaration d’Aiete et demandait que soit mis “fin à une action uniquement répressive” et notamment à la fin de l’utilisation du MAE. “Tout cela était pour trouver une solution politique, démocratique et pacifique au conflit”.

Français :

Euskara :

Bake Bidea rappelle l’existence de la société civile, “prête au dialogue et à la réflexion”. Le Forum pour la Paix de Bayonne avait proposé “des recommandations pour impulser la paix” sur les thèmes du désarmement, du retour des exilés, de la garantie des droits humains et la préservation de ‘la vérité et la mémoire”.
“Aujourd’hui nous voulons dire clairement que nous n’acceptons pas ce qui apparaît comme une politique de blocage”

Français :

Euskara :

Aujourd’hui, l’objectif de Bake Bidea reste le même : “construire une paix juste et durable par le dialogue […] dans le respect des droits de tous”. “Dans ce contexte le message est très clair, il ne faut pas appliquer ces mandats d’arrêt européens”.

Bake Bidea appelle à manifester le samedi 20 juillet à Bayonne, au mot d’ordre “Fin de la répression, le processus de paix maintenant !”

Français :

Euskara :

Michel Berger, du Comité des Droits de l’Homme Pays Basque, a rajouté que le camp d’internement de Polo Beyris qui avait “hébergé” en 1939 des réfugiés espagnols suite à la victoire de Franco, les avaient remis au régime franquiste. “C’est une vieille tradition française”, rappelait-il.

Français :

La manifestation est prévue le samedi 20 juillet à 16h, et partira de la place des Basques.