Danger pour la radio publique de proximité !

La première radio du Pays Basque bégaye. Corps de métiers se relaient dans une grève perlée élaborée pour durer, comme partout en France. Mais si presque partout ailleurs le déshabillage progressif des stations “limite” (!) globalement les dégâts collatéraux à l’humain et au culturel, dans un territoire comme le Pays Basque, c’est un véritable lien vital entre la population qui risque de perdre les moyens de son particularisme, choyé depuis sa naissance sous le nom de Radio côte basque, en 1961. Pour mieux comprendre ce qui est en jeu, des journalistes et animateurs de France Bleu Pays Basque nous ont levé leur poing, et ouvert leur coeur.

Comme nombre de ses soeurs, France Bleu Pays Basque risque de ne plus pouvoir assumer sa proximité.

Comme nombre de ses soeurs, France Bleu Pays Basque risque de ne plus pouvoir assumer sa proximité.

La situation est complexe, mais comme souvent, l’équation est simple : plus de dépenses et moins de ressources, ça fait du déficit.

Jacques Pons, journaliste à la station depuis plus de vingt-cinq ans, et Thibault Vincent, depuis 2012, résument la situation du groupe.

Maison de la Radio (cc-by-nc) xo-mox via Flickr

Maison de la Radio (cc-by-nc) xo-mox via Flickr

Mais Radio France a encore d’autres problèmes. En 2003, la mythique maison ronde de l’avenue du Président-Kennedy s’avère impossible à garder en l’état. L’antique “Maison de la Radio”, conçue dans les années 50 afin d’abriter la RTF, puis l’ORTF, n’est plus aux normes de sécurité, ni même techniques. Les choix faits alors seront budgétairement déterminants.

“Service public” oblige, une station comme France Bleu Pays Basque a une vocation pédagogique, au delà-même de sa fonction de lien social. Souvent, c’est même le rempart contre la désinformation, les rumeurs, ou les actus approximatives.

Pour passer sous les fourches caudines du budget, c’est dans sa propre chair que le groupe radiophonique menace de tailler. Jusqu’à déshabiller ou mutualiser des antennes qui ont parfois tellement d’identité(s) et ont un tel rôle de service jusqu’aux recoins les plus éloignés, qu’il s’agit d’un véritable outil d’aménagement, d’animation et de développement du territoire. Au service des plus modestes et des plus humbles en premier. Mais les contraintes budgétaires ont un impact particulièrement important sur les stations locales. L’enjeu de territoire est le plus souvent laissé de côté, alors même que les intentions avouées de la tutelle sont réaffirmées en faveur de la proximité.

Jacques Pons, journaliste à France Bleu Pays Basque depuis 1989

Jacques Pons, journaliste à France Bleu Pays Basque depuis 1989

Tout près, la région Midi-Pyrénées se retrouve, à la suite de vieilles erreurs de stratégie, sans aucune station locale publique. La volonté de développer ce territoire dans un contexte de crise budgétaire risque-t-elle de “déshabiller” des locales voisines afin de “boucher le trou” ?

Pour ne rien arranger, l’avènement de l’Internet impose d’enrichir le contenu radio sur le site web de la station. Mais le tout “à moyens constants” ! Autant dire qu’il faudrait enlever des voix pour ajouter de l’écran. Les particularités de la station basque, et notamment son bilinguisme, lui ont fourni un délai de grâce. Mais jusqu’à quand ?

“Les gens il faut les aimer !”

Xexili Foix lors de Herri Urrats 2013

Xexili Foix lors de Herri Urrats 2013

Ici à Bayonne, où les locaux de la station France Bleu Pays Basque veillent le fleuve Adour à deux pas du pont Grenet, on a probablement plus peur qu’ailleurs. Parce que le lien avec les auditeurs est riche d’une histoire qui mêle plusieurs langues et cultures. Parce que sauvegarder ce lien ne peut pas se faire en travaillant à la chaîne ou en sous-traitance. Parce que ce qui fait l’âme de cette station, c’est quelques poignées de femmes et d’hommes qui ont voué leur vie, longuement accompagnés par leurs aînés depuis plus d’un demi-siècle, à découvrir ce pays et à entretenir ce lien, l’enrichissant chaque jour un peu, et partageant leurs découvertes sur les ondes. Xexili Foix, animatrice bilingue à la station, nous parle de la fonction de lien de la radio et de sa proximité avec les auditeurs.

 Sur le Net