Disparition annoncée des trains Corail

C’est au moment où l’on apprend que finalement, les coraux ne s’en sortent pas si mal avec le réchauffement climatique, contrairement à ce que l’on pensait de longue date, qu’émerge du nouveau paradigme économique du PS (i.e. la loi dite “Macron”) un danger bien réel pour notre environnement, mais aussi notre sécurité, notre facilité à nous déplacer, l’aménagement du territoire, et la survie d’un service public essentiel : la mort du (train) Corailcorail

Notre députée du cru Colette Capdevielle aura eu beau apporter son grain de sel à la Loi Macron en commission (ou peut-être est-ce une de ses contributions, à côté de ce que le peuple de province fait de ses dimanches),  le lobby des transporteurs par autocar, dont la SNCF est comme on le sait trop peu  un opérateur majeur, s’est frotté les mains quand il a appris que les contraintes jusque-là imposées étaient très assouplies, permettant désormais les dessertes inter-régionales.

Au même moment, un rapport secret commis par Alain Le Vern, directeur Intercités et TER de la SNCF et ancien président PS du Conseil régional de Haute-Normandie, a été remis à la Commission Duron sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire (TET ou train Intercités). Ladite commission doit rendre son propre rapport final à Alain Vidalies, le secrétaire d’État aux Transports mardi prochain.

Plus d’Intercités ni de trains de nuit

À terme, la crainte, c’est une disparition totale des trains autres que les TGV, pris en charge par l’État, et les TER, par les Régions. Ces dernières auront la possibilité de financer leurs propres dessertes inter-régionales si elle réussissent à se concerter, mais n’en auront pas les moyens, l’État ne leur transférant pas les financements en même temps que la charge. En conséquence, le projet de la direction montre une carte des dessertes ferroviaires très amputée. Sur les 35 relations ferroviaires existantes, 23 disparaîtraient si le projet de la direction de la SNCF était adopté.

Situation actuelle des dessertes Intercités (TET)

Situation actuelle des dessertes Intercités (TET)

Proposition de la SNCF

Proposition de la SNCF

Suppression de dessertes de Trains d’Équilibre du Territoire (Intercités) donc, incluant le Hendaye-Toulouse et le Hendaye-Paris, mais aussi la totalité des trains de nuit, dont la légendaire Palombe Bleue, reliant Hendaye à Paris, qui avait déjà connu de grosses restrictions de trafic il y a trois ans.

La SNCF, aidée par l’État et de l’opportune loi Macron,a l’intention de remplacer tous ces trains par des autocars, ce qui aurait des impacts considérables sur la sécurité et le confort des passagers, sans parler de la pollution et du message environnementalement rétrograde que le Gouvernement envoie ainsi. D’ailleurs les transporteurs privés ne manqueront pas de faire pression pour baisser prix et qualité du service dans une nouvelle forme de low-cost des routes.

En Pays Basque, la CGT Cheminots a mené le 7 mai dernier une action à la gare de Bayonne afin de protester et informer les voyageurs de ce qui les attend.