La piperade, le plat emblématique du Pays Basque

Pour 3 à 4 personnes : 8 à 10 piments verts doux (piments d’Anglet), 6 tomates, 1 oignon, 2 gousses d’ail, huile, sel, piment d’Espelette (facultatif). 3 oeufs.

Dans une cocotte, faire fondre l’oignon coupé en tranches, Retirer le pédoncule des piments. Couper les piments en 4 dans le sens de la longueur, épépiner-les, puis couper en morceaux de 2 cm environ. Rajouter-les aux oignons, remuer et faire doucement fondre oignon + piments, sans que cela colore.

Peler les tomates, et coupe-les en gros cubes, que l’on rajoute dans la cocotte, mélanger, ajouter l’ail coupé en tout petit, Saler et ajouter un peu de piment d’Espelette. Continuer ainsi à faire réduire et popoter doucement. Cela prend minimum 30mn, il faut que la consistance reste souple, onctueuse, ni trop sèche, ni trop juteuse.

Dans un bol, battre les oeufs en omelette, verser dans la cocotte, sur les légumes, en tournant toujours avec la cuillère en bois, il ne faut pas que l’oeuf attache, ou se transforme en tortilla, la consistance doit être moêlleuse, homogène entre oeufs et légumes.

Suggestions : Servir avec des tranches de jambon de Bayonne poêlées, ou ventrèche plate poêlée, ou txistorra grillée ( sorte de chipolata basque espagnole). Cela constitue alors un véritable plat complet savoureux, fruité, facile à faire, économique.

Ce plat représente pour moi un symbole du Pays Basque : regardez les couleurs : Le vert, le rouge, et un peu de blanc, comme le drapeau. C’est un plat traditionnel, familial, chaque jardin potager ici, possède ses pieds de tomates et de piments, typique, magique par ses ingrédients et sa texture.

Si vous confectionnez votre piperade telle que je l’énonce, vous goûterez la différence avec les préparations toutes faites, les conserves, souvent en bocal, vendues dans le commerce ( et même chez les traiteurs ) : ce n’est pas le piment doux qu’ils “cuisinent”, mais le poivron !! Je n’ai rien contre le poivron, mais ce n’est pas le véritable ingrédient de la piperade. De plus tomates non pelées,  et poivrons donc, sont coupés en gros morceaux, à peine cuits, qui croquent sous la dent, cette mixture n’est pas digne de la piperade.