Anglet : un pôle de services maritime remplacera la base navale

Base navale de l'Adour, à Anglet (64)Le Préfet des Pyrénées-Atlantiques a été prompt à répondre au maire d’Anglet, Claude Olive, qu’on pouvait entendre sur le réseau Radio-France déplorer les conséquences de la fermeture de la Base Navale de l’Adour, annoncée ce mercredi par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Dans un communiqué paru en fin d’après-midi, il a tenu à rassurer élus et population sur le maintien d’une activité sur le site :

[…] la base navale de l’Adour demeurera un site d’Etat, et sera reconverti en pôle de services à dominante maritime, regroupant, notamment, les éléments maritimes de la douane, des affaires maritimes, et de la gendarmerie maritime. La présence d’autres services en lien avec les sujets littoraux sera également privilégiée, pour constituer un nouveau pôle de services publics d’Etat dans l’agglomération bayonnaise.

Dans le cadre de la restructuration des Armées 2015, Jean-Yves Le Drian, le Ministre de la Défense avait annoncé la fermeture de la base navale de l’Adour à Anglet. 65 emplois, dont 10 civils, sont concernés.

Les deux patrouilleurs de surveillance de site Athos et Aramis, qui y étaient stationnés, sont par la même occasion désarmés.

Le Préfet précise que le département des Pyrénées-atlantiques garde toutes ses implantations militaires de
l’armée de terre, tant en Béarn (ETAP et régiments d’hélicoptères) qu’en Pays basque (1 er RPIMA).
Ces unités étant au surplus confortées par leur appartenance aux forces spéciales, dont on doute qu’elles risquent d’être à court terme en danger dans le contexte géopolitique actuel.